Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 22:12
A vos marques! Trouver de quelle oeuvre provient l'extrait un peu plus loin.


J'ai toujours bien aimé lire. Mais je crois que ces temps-ci cela devient une drogue. La cause est, je crois, que je suis amoureux de la langue que nous faisons vivre en France. Vivre, oui: car, si parfois nous inventons des mots (en littérature cela se nomme des néologismes), ce n'est pas pour la massacrer, comme certains pourraient affirmer. Non, c'est pour la faire vivre, et pour vivre avec elle, cette langue de chez nous.

Je m'étends, mais je voulais faire une introduction, bien malheureuse cette fois-ci, à cet extrait d'oeuvre d'un auteur illustre, que j'apprécie énormément. Cet extrait est, je pense, un excellent exemple de ce qui me pousse à croire que la langue française est l'une des plus douces et des plus belles langues qui soient.

Donc si quelqu'un a une idée sur l'auteur, ou le titre, qu'il l'écrive en commentaire, ou qu'il m'envoie sa réponse par mail.

Merci d'avance pour vos réponses!!

Extrait:

 Je pénétrai dans le salon, un joli salon tapissé de nattes, et qui regardait la mer par trois larges fenêtres. Sur la cheminée, des potiches de Chine et une grande photographie de femme. J'allai vers elle aussitôt, persuadé que je la reconnaîtrais aussi. Et je la reconnus, bien que je fusse certain de ne l'avoir jamais rencontrée. C'était elle, elle-même, celle que j'attendais, que je désirais, que j'appelais, dont le visage hantait mes rêves. Elle, celle qu'on cherche toujours, partout, celle qu'on va voir dans la rue tout à l'heure, qu'on va trouver sur la route dans la campagne dès qu'on aperçoit une ombrelle rouge sur les blés, celle qui doit être déjà arrivée dans l'hôtel où j'entre en voyage, dans le wagon où je vais monter, dans le salon dont la porte s'ouvre devant moi.
    C'était elle, assurément, indubitablement elle ! Je la reconnus à ses yeux qui me regardaient, à ses cheveux roulés à l'anglaise, à sa bouche surtout, à ce sourire que j'avais deviné depuis longtemps.


...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

BolT1024 08/09/2007 20:52

En effet. Avec Google c plus facile!C'est un recueil de nouvelles accessible à tous, et d'une beauté rare.Merci du commentaire.

c moa 08/09/2007 14:26

Pour compléter l'information du commentaire précédent, la nouvelle fait partie d'un recueil Monsieur PARENT.

c moa 08/09/2007 14:23

Google c magique !!!C'est donc un extrait de A vendre de Guy de MAUPASSANT.